Revell Republic F-105 D Thunderchief 1/48ème

L'avion

Republic a toujours fait dans l'avion de poète. Déjà, le P-47 était une brute. Ensuite, il y a eu le F-84 (en très gros, un Thunderbolt à réaction). Et après, il y a eu le F-105. C'était construit comme un P-47 (à savoir énorme, rapide et bien armé), ça volait à Mach 2 et c'était extrêmement robuste.

La première version opérationnelle fut le F-105 B, qui équipa la patrouille acrobatique de l'USAF pendant six démonstrations. A l'issue de la sixième, l'avion d'un des pilotes se désintégra en courte finale, ce qui fit interdire de vol les F-105 et arrêta la carrière du Thunderchief chez les Thunderbirds.

Le F-105 connut son heure de gloire au Vietnam. Malgré le préfixe F-, qui signifie chasseur, il était de fait un chasseur bombardier, muni d'une soute à bombes et capable d'emporter plusieurs charges nucléaires. En Asie du Sud Est, cet avion tactique mena des frappes sur des objectifs stratégiques, et plus de la moitié des Thunderchiefs construits y furent perdus. 27 tombèrent sous les coups de la chasse Nord Vietnamienne, qui perdit en revanche 27 avions abattus par des F-105. Malgré sa masse et sa taille, il était capable d'affronter la chasse ennemie...

La maquette et les accessoires

La maquette est l'ancien modèle Monogram reboîté par Revell. C'est un modèle issu du F-105 G, avec les caractéristiques de cette machine, à savoir des carénages d'antennes d'alerte radar qui n'ont pas lieu d'être sur le F-105 D. J'avoue avoir fait l'impasse...

La maquette est gravée en relief, dans un plastique olive foncé pas très beau, mais assez facile à travailler.

Comme j'aime bien la machine, j'ai voulu en faire plus, et j'ai rajouté divers accessoires : d'abord, un cockpit Black Box, superbe au premier abord et surprenant au deuxième. J'en parlerai plus tard. Ensuite, j'ai rajouté les trains en laiton Tecknics. Ils sont superbes, et plus robustes que ceux de la boîte. Mais à 20 dollars le jeu de trains, je ne suis pas sûr que mon F-105 G aura droit à un tel traitement de faveur.

Enfin, comme j'ai un côté esthète turbulent qui n'a échappé à aucun habitué du site, j'ai découvert des décals avec des dames toutes nues à mettre sur le nez du bestiau. J'ai donc acheté la planche Albatross...

Montage

J'ai commencé par regraver l'intégralité de la maquette. Je sais, ça fait peur, mais c'est plus long et ch...ennuyeux que difficile. J'ai utilisé le couteau Tamiya pour les grands panneaux droits, et une pointe sèche pour les petits panneaux de visite. Un réglet et de la bande Dymo m'ont servi de guides.

Ensuite, je suis passé au cockpit Blackbox. C'est très joli, mais. Les deux consoles n'ont pas la même hauteur (faut raboter la droite de trois millimètres en hauteur, ce qui est copieux), et la casquette du tableau de bord n'a qu'un rapport lointain avec le carénage où est posé le collimateur. Bon, avec une lime et du mastic, on y arrive, mais on râle un peu.

On peint tout ça en gris FS36231 Aeromaster acrylique, les cadrans sont peints en noir, et on rajoute les aiguilles et les diverses touches de couleur en s'inspirant de la doc (Detail & Scale, Walkaround et International Air Power Review). Une fois fini, ça donne ça :

Ensuite, on gratte l'intérieur des demi-fuselages, on colle à la cyano le cockpit monté, on met en place le longeron, on peint l'intérieur des entrées d'air en blanc brillant et on referme le fuselage. Un peu de mastic et de papier de verre plus tard et c'est gagné. Les ailes ne présentent guère plus de difficultés.

Les puits de train sont peints vert bronze et la plomberie est alu. On colle le parebrise en place, on peaufine le joint d'icelui avec le fuselage, et en avant vers l'atelier de peinture.

Décoration

Le camouflage est d'une banalité affligeante : c'est le camo trois tons standard de l'USAF au Vietnam, marron/vert/vert foncé avec le bedon gris très clair.

On commence par passer le gris (Gunze), avant d'enchaîner avec les trois tons du dessus, Gunze eux aussi. Les bords du camouflage sont réalisés à main levée. On vernit brillant, et on pose les décals. La planche Albatross comporte les stencils, et il y en a! Heureusement, ces décals réagissent très bien aux différents produits assouplissants.

 

Le Thunderchief était utilisé intensément, j'ai donc décidé de patiner la maquette. J'ai choisi de le faire à la poudre de pastels. Pour ce faire, on prend un pastel sec gris très foncé, on le frotte délicatement sur du papier abrasif 1200, et on passe la poudre ainsi obtenue dans les lignes de structures avec un pinceau. On enlève l'excès de poussière avec un mouchoir en essuyant dans la direction de l'écoulement de l'air, et le tour est joué!

 

Finitions

Maintenant, on va rajouter tous les petits (ou gros, d'ailleurs), bouts qui cassent : l'armement, les trains, le pitot, la verrière, la tuyère et le parebrise.

L'armement vient d'une boîte Hasegawa où j'ai pris les six bombes M-117, un ratelier multiple ainsi que deux Mk 82 avec détonateur allongé.

Ensuite, on rajoute le pitot (peint alu), les trains (alu avec la plomberie peinte en noir, et le réflecteur sur la jambe avant peint en bleu) et la verrière. Les pétales de la tuyère sont peints en différents tons de métal et installés. Et c'est fini!

Conclusion

Cet engin fin et élégant (oui, bon...) m'a bien occupé. La gravure n'est pas parfaite, mais je suis assez satisfait du résultat. Il n'est pas nécessaire d'aller aussi loin que moi (bien que j'aurais pu rajouter la superbe tuyère Eduard en photodécoupe, j'y pense pour le F-105 G). La boîte a été rééditée par Revell, elle n'est pas chère, et ça donnera un résultat impressoinnant. Allez-y!

 

Retour la page maquettes